header image

Des combinaisons de gènes en rapport avec l’ostéoporose de la hanche chez les femmes post-ménopausées ont été identifiées pour la première fois.

L’ostéoporose se traduit par une perte de la densité osseuse, elle touche principalement le sujet âgé et plus particulièrement les femmes à partir de la ménopause. Elle induit une fragilité du squelette à l’origine de fractures du poignet et de la hanche ainsi que d’atteintes vertébrales. En France, chaque année, plus de 130 000 fractures de ce type sont à déplorer, elles engendrent une mortalité de 20 à 30 % et une perte d’autonomie importante.

Des chercheurs de l’université de Grenade se sont penchés plus particulièrement sur les facteurs qui prédisposent à l’ostéoporose de la hanche chez les femmes après la ménopause. Vu que 80% de la formation de l’os est déterminée génétiquement, ils ont recherché des en priorité des facteurs génétiques. Plus d’infos.

Gasland attire l’attention sur les risques de la fracturation hydraulique, cette technique de forage horizontal en plein boom aux Etats-Unis et aux conséquences encore mal connues…

De l’eau du robinet inflammable, des animaux morts, des habitants malades, des nappes polluées… Le tableau brossé par Josh Fox dans le documentaire GasLand, lauréat à Sundance et qui sera diffusé aux Etats-Unis le 21 juin prochain sur HBO, fait réfléchir. Bien sûr, comme chez Michael Moore, tout est ici à charge et l’industrie combat farouchement ses affirmations. Mais en pleine marée noire, et à mesure que les accidents (fuites, explosions) se multiplient sur la terre ferme, les politiques commencent à exiger des enquêtes qui pourraient mener à davantage de régulations. Histoire de ne pas sacrifier l’eau potable, notamment en amont de New York, sur l’autel du gaz et de l’indépendance énergétique.

Le gaz de schiste est le nouvel eldorado américain. Les Etats-Unis sont devenus en 2009 le premier producteur mondial de gaz naturel, devant la Russie. Une percée en grande partie due à l’exploitation de ces gisements prisonniers sous la roche, parfois à près de 3.000 mètres de profondeur. Plus d’infos.

Animations sur le gaz de schiste.

Bande annonce du Gasland

Nouveau sur la Toile : le Blog Green e-motion, extraits :

à la question : c’est quoi la mobilité durable?, on pourrait classiquement répondre : une mobilité qui répond aux besoins du présent sans compromettre celle des générations futures.

Dès lors, il convient de distinguer deux types de mobilité : la mobilité des personnes et celle des marchandises (= biens de consommation).

Vous l’aurez peut-être remarqué, ce blog s’attache surtout à présenter des solutions en mobilité durable pour les personnes, partant du principe que s’agissant des marchandises, une grande part du chemin à parcourir passe d’abord par une relocalisation massive des biens de consommations courants. Malheureusement, dans une économie mondialisée comme la notre, relocaliser massivement les biens de consommation reste synonyme pour certains décideurs de « retour en arrière » incompatible avec les impératifs économiques de notre époque. D’autres diront au contraire, et c’est tant mieux, qu’il y a urgence à placer les impératifs environnementaux et sociaux au dessus des impératifs économiques avant qu’ils ne nous mènent tout droit dans le mur, comme ils ont déjà commencé à le faire…

Partant de ce constat, les premiers biens de consommation qui gagneraient à être relocalisés en masse sont à n’en pas douter les biens alimentaires. Pour plusieurs raisons : d’abord pour des raisons évidentes de bon sens. Les tomates ont-elles besoin de venir du Maroc pour être meilleures? Y a t-il un sens à importer en masse des tourteaux de soja d’Amérique latine pour engraisser des porcs (industriels) en Bretagne? Est-il normal qu’un yaourt aux fruits parcoure jusqu’à 10 000 km avant de rejoindre votre réfrigérateur? Les exemples sont très nombreux et la taille limite autorisée pour ce blog ne suffirait pas hélas à les lister tous.

La seconde raison, c’est qu’en relocalisant massivement la production de biens alimentaires, on pose indirectement une question trop souvent ignorée par nos décideurs : jusqu’où faut-il continuer à faire grossir les grandes villes qui, dans le cas de Paris par exemple, n’ont que quelques jours d’autonomie alimentaire devant elles en cas de pénurie de pétrole? Lire la suite.

L’astre pèserait plus de cinq masses solaires et serait en train d’absorber la substance de son étoile compagnon.

Situé dans le système binaire-X XTE J1859 226, dans la constellation du Petit Renard, ce trou noir de 5,4 fois la masse du Soleil aspire la matière de son étoile compagnon comme en témoigne la présence d’un disque en spirale de matière se formant par un processus connu sous le nom d’accrétion. Seuls 20 systèmes binaires, sur une population estimée à environ 5.000 au sein de notre Galaxie, sont connus pour posséder un trou noir.


Mega trou noir par sciencesetavenir

Les systèmes binaires-X sont composés d’un objet compact (qui peut être une étoile à neutrons ou un trou noir) et d’une étoile «normale». Les étoiles à neutrons ainsi que les trous noirs représentent les traces vestiges d’une étoile massive après sa mort. La plupart des étoiles à neutrons connues ont une masse d’environ 1,4 fois celle du Soleil, bien que dans certains cas des valeurs peuvent atteindre plus de deux fois la masse du Soleil.

Les astronomes pensent que lorsqu’une étoile à neutrons dépasse 3masses solaires, elle devient instable et finit par s’effondrer pour trouver un trou noir. « Avec ce résultat, nous ajoutons une nouvelle pièce à l’étude de la distribution de masse des trous noirs. La forme de cette distribution a des conséquences très importantes pour notre connaissance de la mort des étoiles massives, la formation dee trous noirs, et l’évolution des systèmes binaires-X » explique Jésus Corral-Santana, de l’Institut d’Astrophysique des Canaries. Plus d’infos.

L’ablation des cellules germinales allonge notablement la durée de vie… du moins chez les vers nématodes. Au cœur des mécanismes en jeu, les lipides et leur métabolisme.

La reproduction et le vieillissement sont deux phénomènes reliés. En 1999, Honor Hsin et Cynthia Kenyon, de l’Université de Californie à San Francisco, avaient montré que la suppression des cellules germinales, à l’origine des gamètes (ovules et spermatozoïdes), allonge la durée de vie des vers nématodes Caenorhabditis elegans de 60 pour cent. Ce lien a également été mis en évidence chez la mouche drosophile. Hugo Aguilaniu, de l’École normale supérieure de Lyon (CNRS-UMR5239, Univ. Lyon Cl. Bernard) et ses collègues en ont précisé les bases moléculaires.

À partir d’animaux dépourvus de cellules germinales, ils ont d’abord recherché ceux dont la durée de vie n’est pas augmentée : l’idée est d’identifier une mutation d’un gène qui, lorsqu’il est intègre, joue un rôle dans l’accroissement de la longévité. Ainsi fut mis en évidence le gène nhr-80. Son importance a été confirmée chez des vers stériles où le gène est surexprimé : l’espérance de vie est 2,5 fois supérieure à celles de nématodes normaux ! Plus d’infos.

Du 1er au 7 avril, c’est la semaine du développement durable !

Thème 2011 : changeons nos comportements





Cette opération a pour objectifs :
– d’expliciter auprès du grand public la notion de développement durable
– d’inciter le grand public à adopter des comportements quotidiens favorables au développement durable
– d’apporter au grand public des solutions concrètes
– de valoriser le Grenelle Environnement et les mesures qui en sont issues

Comment participer ? Réponse ici

developpement

Dimanche 20 mars : 1er jour du printemps. Merci Jalila pour ces premiers clichés printaniers :

VivelesSVT.com vous propose un document printemps 2011.

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2020
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.