header image
L'actualité des Sciences ViveLesSvt.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité sciences sur les blogs et médias en ligne.

La Nasa affirme avoir percé le mystère des aurores boréales grâce à la flotte de cinq satellites de la mission américaine THEMIS, qui ont pu observer depuis un an comment se déclenchent ces phénomènes.



Source : AFP

Les chercheurs ont découvert que des explosions d’énergie magnétique, intervenant à un tiers de la distance Terre-Lune étaient responsables des phénomènes lumineux, formés de voiles mouvants de couleurs vives, où domine le vert, et qui se produisent dans les régions proches des pôles.

Un processus de « reconnexion » entre les cordes magnétiques géantes reliant la Terre au Soleil, et stockant l’énergie des vents solaires, provoque ces tempêtes de lumières polaires.

« La reconnexion magnétique permet de relâcher l’énergie emmagasinée dans ces cordes, dispersant des particules électrisées vers l’atmosphère terrestre », a expliqué jeudi David Sibeck, un responsable scientifique de la mission à la Nasa.

« C’est une façon de libérer l’énergie du Soleil absorbée par la Terre », a-t-il expliqué lors d’une conférence téléphonique plus d’un an après le lancement de la mission THEMIS (Time History of Events and Macroscale Interactions during Substorms).

Pour une raison non encore élucidée, qui fera l’objet de la suite de la mission pendant encore un an, les cordes magnétiques, d’ordinaire parallèles, se rapprochent, se touchent pour former un « U » et éclatent, a expliqué Vassilis Angelopoulos, l’un des chercheurs.

« Ces cordes sont dans un état de stress accru, comme des bandes de caoutchouc » trop tirées. Et l’énergie libérée peut être aussi puissante qu’un fort séisme et traverser une région polaire en 60 secondes, a souligné le chercheur.

Ces tempêtes boréales intenses peuvent aussi provoquer des interruptions dans les communications radio, des perturbations dans les système GPS et des coupures de courant.

L’ultime objectif de la mission est de permettre le développement de modèles sûrs pour prédire la survenue, le lieu et l’intensité de ces aurores polaires.

Plus d’infos : http://www.institut-polaire.fr/

Des chercheurs du laboratoire de géophysique de l’Institut Carnegie viennent de comprendre pourquoi l’oxygène forme des amas de 4 molécules à haute pression. L’utilisation de faisceaux de rayons X a révélé que les orbitales moléculaires liantes et anti-liantes des atomes changeaient de forme.

L’oxygène est le troisième élément le plus abondant dans l’univers et comme il est essentiel à la vie, puisque nous le respirons, nous croyons bien le connaître mais lorsqu’on le soumet à des pressions de l’ordre de 10000 atmosphères, il se solidifie en arborant de multiple couleurs, devient métallique et même supraconducteur ! Ces dernières années, les chercheurs ont même découvert qu’il s’y formait des amas d’une molécule étrange par rapport aux conditions physique normale : (O2)4


En rouge, les atomes d\'oxygène et en bleu la représentation des nuages électroniques des orbitales. Crédit : National Academy of Sciences

En rouge, les atomes d'oxygène et en bleu la représentation des nuages électroniques des orbitales. Crédit : National Academy of Sciences



Comprendre ce genre de comportements étonnants a donc fait rêver plusieurs physiciens. C’est un groupe de chercheurs spécialisés dans la physique des matériaux à hautes pressions en géophysique qui vient de trouver une clé importante pour élucider cette énigme.

Yue Meng est une géophysicienne qui travaille à l’institut Carnegie à Washington. Avec ses collègues, elle a utilisé les faisceaux de rayons X produit par le synchrotron du laboratoire nationale d’Argonne, au Etats-Unis, pour mettre en évidence les changements s’opérant dans les orbitales de liaisons entre atomes d’oxygène lorsque l’on soumet ces derniers à de hautes pressions à l’aide d’une cellule à enclume de diamants.

Jointes à des calculs théoriques, ces études ont montré que sous l’action de la pression qui force les atomes d’oxygène, et surtout les amas (O2)4, à se rapprocher, les orbitales atomiques et moléculaires dans les conditions standards de la vie de tous les jours sont modifiées et les liaisons possibles deviennent plus fortes, ce qui provoque l’apparition de la solidification des amas en un réseau cristallin. C’est la première fois que les techniques de diffusion inélastique de rayons X ont été utilisées pour étudier les modifications des orbitales des atomes dans des conditions de hautes pressions. On devrait pouvoir étendre l’emploi de ces dernières à d’autres matériaux dans des états similaires.

Comprendre ce genre de structure pourrait aider à la naissance de nouveaux composants électroniques, ou magnétiques, avec d’intéressantes applications technologique d’après les chercheurs. En fait, on y trouve la formation d’orbitales liantes pi, qui interviennent dans ces composés du domaine de la chimie minérale, or ces dernières sont bien connues en chimie organique où on les retrouvent aussi dans la formation d’amas. Le résultat de ces études est publié dans un numéro d’Août des célèbres Proceedings of the National Academy of Sciences.

–> plus d’infos Futura sciences

On le savait, mais il n’y a pas de mal à le répéter: la protection des mangroves est indispensable pour préserver la pêche. C’est ce que concluent des chercheurs après avoir étudié en détail la Baie de Californie, au Mexique. Ils ont tenté d’évaluer la valeur économique des mangroves, de véritables nurseries à poisson. Elle s’élèverait en moyenne à 24 000 euros par an et par hectare. (1)


Un peu partout sur la planète, les mangroves reculent. Ces forêts aquatiques sont rasées pour creuser des bassins pour l’élevage de crevettes, asséchées pour gagner des terres et construire des infrastructures touristiques, etc. Selon un rapport de 2008 de l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 20% des mangroves (soit 3,6 millions d’hectares) ont disparu entre 1980 et 2005. Et si le rythme s’est ralenti, ces forêts aquatiques perdent encore cent mille hectares par an. Et pourtant, outre le action positive pour la biodiversité, les mangroves sont aussi des barrières contre la force des éléments: en Asie du Sud-Est, notamment en Thaïlande, les régions côtières dont la mangrove avait été rasée ont connu beaucoup plus de dégâts que les autres lors du tsunami de décembre 2004.

Au Mexique, Enric Sala et ses collègues se sont penchés sur treize régions de pêche le long des côtes de la Baie et du Golfe de Californie. Ils constatent une étroite corrélation entre l’abondance de la mangrove et les quantités de poissons et de crustacés pêchés: celles-ci sont directement proportionnelle à la racine carrée de surface de la mangrove avoisinante. L’équipe conduite par Enric Sala évalue la valeur économique des mangroves dans une fourchette de 17000 a 34000 euros l’hectare, sans compter les retombées possibles du tourisme. En moyenne, c’est deux cent fois plus que la valeur fixée par la Commission mexicaine des forêts… Sala et ses collègues soulignent que, compte tenu de la demande en protéines animales, le potentiel économique des mangroves devrait continuer à croître. De quoi faire réfléchir les autorités de Mexico, non?

(1) Sala et al. Annales de l’Académie américaine des sciences du 15 juillet 2008

sources Hors série sciences et vie
Image: © Denis Delbecq – 1997

Premier génome d’un animal parasite de plantes séquencé
Le premier génome d’un animal parasite de plantes vient d’être séquencé par un consortium international de 27 laboratoires, impliquant l’INRA, le CNRS et le Génoscope et coordonné par une équipe de chercheurs du Centre INRA de Sophia-Antipolis. Il s’agit du génome d’un ver parasite de plantes, le nématode à galles, Meloidogyne incognita. Cette avancée permet de lever le voile sur l’arsenal et les adaptations développés par les ravageurs des cultures pour attaquer les plantes. Cette étude a aussi conduit à l’identification de nouvelles cibles pour le développement de stratégies de lutte spécifique contre ces organismes. Le détail de ces travaux est publié dans l’édition avancée en ligne de la revue Nature Biotechnology du 27 juillet 2008.


Larves de Meloidogyne incognita

Les nématodes sont des vers qui représentent une large fraction de la diversité biologique sur terre, et qui colonisent tous les milieux: 25 000 espèces sont décrites, et on estime que le nombre total d’espèces pourrait atteindre plus d’un million. En dehors de l’espèce Caenorhabditis elegans, qui est un modèle pour les recherches sur le développement et le vieillissement des organismes, très peu de choses sont actuellement connues sur la diversité au sein du groupe des nématodes.

Les nématodes parasites de plantes, rencontrés majoritairement dans le sol, sont responsables de dégâts estimés à plusieurs dizaines de milliards d’euros par an à travers le monde. La lutte chimique représentait jusqu’à une date très récente le moyen de lutte le plus largement répandu. En raison de leur toxicité pour la santé humaine et l’environnement, la plupart des molécules utilisées ont été interdites récemment et la mise au point de solutions alternatives est un enjeu majeur à très court terme.

La publication de la séquence du génome du nématode à galles (1), Meloidogyne incognita, représente une avancée majeure à plus d’un titre. Il s’agit en effet, à la fois, du premier séquençage de génome d’un animal parasite de plantes et d’un métazoaire parthénogénétique (c’est-à-dire se reproduisant sans sexualité). Pour Pierre Abad, directeur de l’unité mixte de recherche Interactions biotiques en santé végétale (INRA-CNRS-Université de Nice Sophia-Antipolis) et coordonnateur de ce projet, « cette étude va permettre d’avoir un premier éclairage sur l’arsenal parasitaire présent chez ces ravageurs de plantes et sur les mécanismes génétiques à l’origine de la formidable capacité d’adaptation de ces organismes asexués. »

Le Génoscope (Paris, France) a produit au total plus de 1 million de fragments séquencés à partir desquels la prédiction de gènes a été réalisée avec le support de l’INRA de Toulouse. Les ressources et les compétences de l’ensemble des partenaires du consortium international (dont l’INRA, le CNRS, et le Génoscope, pour la France) ont ensuite été mobilisées pour analyser l’ensemble de ces données.

Un génome complexe à l’origine d’une extrême plasticité

Au cours de l’analyse du génome, les chercheurs ont eu la surprise de constater que le génome de ce nématode était en fait constitué de la juxtaposition d’au moins deux génomes. Le taux de divergence moyen entre ces différents génomes est un des plus importants jamais observé jusqu’à présent dans le règne vivant. Cette particularité génétique pourrait être à l’origine de l’acquisition rapide de nouvelles fonctions conférant à ces organismes asexués leur grande capacité d’adaptation responsable de leur large distribution à travers la planète.

Un arsenal enzymatique adapté au parasitisme des plantes

Un autre résultat majeur de cette analyse est l’identification d’un large éventail enzymatique permettant la dégradation de la paroi cellulaire des plantes. Cette diversité et cette richesse sont d’une extrême originalité dans la mesure où elles restent inégalées à ce jour dans le règne animal. La nature des gènes impliqués est également surprenante puisqu’ils présentent de très fortes similitudes avec des gènes bactériens, suggérant l’existence de multiples évènements de transferts horizontaux d’origine bactérienne. L’acquisition de nouvelles fonctions via les transferts de gènes pourrait représenter un élément clé de l’adaptation des organismes animaux au parasitisme des plantes.

L’analyse comparée du génome de ce nématode avec ceux d’autres nématodes, comme C. elegans et le nématode parasite de l’homme Brugia Malayi ou encore la drosophile, a également permis d’avoir une première image de ce qui fait l’identité des parasites animaux, mettant en évidence par là-même de nouvelles cibles potentielles, plus spécifiques, pour lutter contre ces organismes.

Cette première séquence génomique complète d’un organisme animal parasite de plantes apporte donc des bases pour la compréhension des relations hôte-pathogène et elle complète notre vision des adaptations par lesquelles les ravageurs de plantes envahissent leurs hôtes.

Dans un avenir proche, le séquençage programmé d’autres génomes de nématodes ayant des modes de vie différents permettra de mieux comprendre le succès évolutif de ces organismes à l’échelle de la planète.

Note:

(1) Meloidogyne incognita est un parasite extrêmement polyphage, capable d’attaquer plus de 3000 plantes hôtes. Il est particulièrement dommageable sur les cultures maraîchères (tomate, piment, melon, etc.), sur le café, le coton, etc.

En savoir plus : http://www.techno-science.net

Source: CNRS
Illustration: © INRA

Un premier lac d’hydrocarbures vient d’être formellement identifié à la surface de Titan, le principal satellite de Saturne. Ce résultat vient confirmer les précédentes observations de la sonde Cassini.

En 2006, les chercheurs de la NASA publient dans Nature l’analyse de données récoltées par la sonde Cassini lors de ses survols successifs de Titan depuis 2004. De petites étendues extrêmement lisses, horizontales, à des endroits où semblent converger ce qui s’apparentent à des lits des rivières sont observées. Tout un faisceau d’indices qui laisse déjà fortement suggérer à l’époque la présence de lacs d’hydrocarbures à la surface de l’astre. Restait à en apporter une preuve formelle. C’est chose faite après l’étude spectroscopique effectuée au niveau d’Ontario Lacus, une des tâches sombres relevée en 2007 par Cassini au niveau du pôle Sud.




La signature relevée par les chercheurs est en effet caractéristique de l’éthane.Etant donné les conditions de températures et de pression qui règnent à la surface, il ne peut qu’être présent sous sa forme liquide. Il serait probablement en solution avec de l’azote, du méthane et d’autres hydrocarbures légers mais la composition précise reste difficile à déterminer en raison des nombreuses interférences atmosphériques qui troublent le spectre infrarouge obtenu par les chercheurs. Peu importe au final car le résultat tant attendu est là : la Terre n’est pas le seul corps céleste à abriter un élément sous sa forme liquide !

Si les scientifiques avaient un temps imaginé la présence d’un océan, les images prises par la sonde Cassini au début de l’année avaient clairement conduit à rejeter cette hypothèse. Il n’en reste pas moins que les traces d’hydrocarbures légers gazeux dans l’atmosphère (5%), l’observation de ce qui pourrait être des rivières, et de ce que l’on sait maintenant être des lacs, tout converge aujourd’hui pour appuyer l’existence d’un cycle naturel du méthane sur Titan, similaire au cycle de l’eau terrestre. Un véritable rêve éveillé pour les amateurs de science-fiction.

Tristan vey
Sciences et Avenir.com

Une étude constate que la grande majorité des récifs coralliens des caraïbes
ont perdu leur structure complexe et deviennent beaucoup plus plats et uniformes. Les plus élaborés des récifs ont été pratiquement anéantis.

——————————————————

Comment vol le petit hélicoptère qui tombe d’un érable? Des chercheurs ont étudié en détail l’aérodynamique de ces graines ailées.

——————————————————

Une équipe internationale, comprenant un chercheur du CNRS , a réussi à apporter la preuve qu’un souvenir est encodé au sein d’un réseau de neurones spécifique et identifiable .

——————————————————

Le cycle de l’azote affecté par l’utilisation des énergies fossiles. En savoir plus !

——————————————————

Le rapport annuel sur les eaux de baignade présenté par la Commission européenne montre qu’en 2008 la grande majorité des sites de baignade à travers l’Union européenne étaient conformes aux normes d’hygiène communautaires.

——————————————————

L’astronome Jacques Laskar a révélé les résultats d’une simulation des futurs possibles du système solaire au cours des 5 milliards d’années à venir.

——————————————————

Entre vos orteils ou derrière vos genoux vivent
de nombreuses colonies de bactérie
: des chercheurs fournissent pour la première fois une description détaillée de cette microflore de la peau.

——————————————————

Multirésistance aux antibiotiques: pourquoi les bactéries sont si efficaces ? Éléments de réponses ici.

——————————————————

Une troisième espèce de paléopropithèque, un groupe de lémuriens de grande taille aujourd’hui disparu, vient d’être mise à jour dans le Nord-Ouest de Madagascar par une équipe franco-malgache

——————————————————

La découverte d’un fragment d’os de l’avant-bras (radius) d’un rhinocéros géant en 2002 a mis les chercheurs de cette équipe sur la piste d’un des plus grands mammifères terrestres.

——————————————————

Une analyse très poussée a permis de retrouver, dans des vins de Bourgogne et des Côtes-du-rhône, les molécules caractéristiques des arbres provenant de différentes forêts françaises.

——————————————————

Après une réunion de deux jours à Paris, les Européens demandent aux Américains de renforcer leurs engagements en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

——————————————————

Revasser stimule l’activité cérébrale : des chercheurs canadiens viennent de montrer que le cortex préfrontal est plus actif quand le sujet est au repos.

——————————————————

Un volcan unique en son genre: il crache un magma noir et fluide. Des chercheurs apportent de nouveaux éléments sur l’origine des laves de l’Oldoinyo Lengaï, en Tanzanie.

——————————————————

La fusée Ariane 5 a lancé jeudi les télescopes spatiaux européens Herschel et Planck, chargés de remonter le temps vers les origines de l’Univers.

——————————————————

Des cellules spéciales présentes à la surface des pétales facilitent les visites des insectes pollinisateurs. En savoir plus.

——————————————————

Découverte du gène responsable de l’anémie sidéroblastique congénitale, une maladie rare, caractérisée principalement par la présence de sidéroblastes en couronne dans la moelle osseuse des patients. Plus d’infos ici.

——————————————————

En s’appuyant sur le mouvement d’un réseau de bouées dérivantes, des chercheurs de l’INSU-CNRS, ont mis en évidence une forte augmentation de la vitesse de dérive des glaces et de la déformation interne de la banquise depuis 30 ans.

——————————————————

La grippe peut rendre les adultes moins intelligents. Comment et pourquoi ? cliquez ici !

——————————————————

La première « explosion » de vie date du Cambrien, avec l’émergence des principaux embranchements animaux actuels qui vivaient essentiellement sur les fonds marins. Ce n’est que plus tard entre -489 à -443 millions d’années, à l’Ordovicien, que les océans se remplissent réellement de vie avec une multiplication exceptionnelle du nombre de famillesd’organismes marins.

——————————————————

Des chercheurs ont pu séquencer l’intégralité du génome bovin, ce qui pourrait faire avancer nos connaissances sur l’évolution des mammifères, accélérer des améliorations génétiques concernant le lait et la viande bovines, et nous amener à mieux comprendre certaines maladies et leur traitement chez l’homme.

——————————————————

La Journée Mondiale Contre le Paludisme rassemble organismes de recherche publics, acteurs du secteur privé et organisations de la société civile autour de la lutte contre ce fléau.

——————————————————

Une étude réalisée par des experts indépendants montre que l’utilisation des organismes génétiquement modifiés n’augmente pas sensiblement les productions de maïs et de soja.

——————————————————

Pour la troisième année consécutive a lieu du 20 au 26 avril, la Semaine européenne de la vaccination. Au cœur de cette campagne, la vaccination contre la rougeole dont le nombre de cas augmente de façon inquiétante en France.

——————————————————

L’Allemagne est le sixième pays de l’Union européenne à suspendre la culture du maïs transgénique MON810 sur son territoire.

——————————————————

Les images radar prises par le satellite européen Envisat ont permis de reconstituer les déformations de la croûte terrestre occasionnées par la secousse.

——————————————————

En annonçant vendredi la dangerosité de six gaz à effet de serre, l’Agence de protection de l’Environnement remet les États-Unis au premier rang de la lutte contre le réchauffement climatique.

——————————————————

Une équipe de l’Institut de recherche en immunologie et cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal a réussi à produire en laboratoire une grande quantité de cellules souches.

——————————————————

L’obésité dans la jeunesse est associée à une réduction de la mobilité plus tard. Plus d’infos

——————————————————

Des pêcheurs philippins ont pris dans leurs filets à maquereaux un requin très rare, le requin grand gueule, espèce pour laquelle on ne recense qu’une quarantaine de rencontres en trente ans.

——————————————————

Selon une nouvelle modélisation réalisée par des chercheurs de la Nasa, 45% du réchauffement observé ces trente dernières années en Arctique serait attribuable à l’action des aérosols.

——————————————————

Peut-on améliorer la vue en modulant l’activité cérébrale ? Oui, répond Elvire Vaucher, de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal.

——————————————————

Le CEA, Commissariat à l’énergie atomique, veut
réduire le coût des panneaux solaires. Le CEA a créé, avec EDF, une société baptisée PV Alliance opérationnel prochainement.

——————————————————

Une guerre de territoire ouverte par les écureuils en Angleterre ! Plus d’infos ici.

——————————————————

L’Établissement français du sang a annoncé un premier pas vers la mise au point d’échantillons de sang rare. Mais cette découverte n’a aucune application, pour l’instant, en transfusion.

——————————————————

Le Français Cyrille Fournier et ses cinq compagnons vont rester enfermés durant trois mois à partir de demain dans un «vaisseau spatial» cloué au sol à Moscou. Le voyage vers Mars se prépare…

——————————————————

Les oiseaux migrateurs se dopent ! A quoi ? réponse ici !

——————————————————

Un nouveau carburant sur le marché français : le SP95-E10, qui contient jusqu’à 10% d’éthanol, contre 5% pour le SP95 actuel. Plus d’infos ici !

——————————————————

L’océan Pacifique Tropical Ouest se réchauffe et se dessale : les océanographes du LEGOS, en collaboration avec ceux de la NOAA et de l’Université de Miami viennent de montrer que, depuis 1955, cette Warm Pool s’est réchauffée !

——————————————————

Qu’est ce qui déclenche la formation des bancs de poissons ? Réponse ici !

——————————————————

Les scientifiques ont découvert un nouveau moyen qui permet à notre système immunitaire de combattre le virus évasif responsable du feu sauvage: le virus herpes simplex de type 1.

——————————————————

La plus grande centrale solaire du monde affiche une puissance installée de 46 MW (mégawatts), doit alimenter 30 000 foyers, et économiser 86 000 tonnes de gaz à effet de serre !

——————————————————

Selon une étude américaine, la consommation de viande rouge ou transformée augmente de façon globale le risque de décès, toutes causes confondues.

——————————————————

Le professeur Stewart Cole a mis au point un nouvel agent thérapeutique, le BTZ043, pour lutter contre la tuberculose et découvert sa cible: une enzyme qui fabrique la paroi de la bactérie pathogène. Plus d’infos ici.

——————————————————

Des cristaux contre le cancer : un nouveau système de tomographie par émission de positons, dédié à l’imagerie du sein, démarre des essais cliniques au Portugal.

——————————————————

Une nouvelle estimation de la masse du boson de Higgs la place dans une fourchette basse… Cette légèreté pourrait compliquer le travail des physiciens qui traque cette particule clef du modèle standard.

——————————————————

ADN permettant de dresser un portrait-robot ? Un nouveau test génétique décodant la couleur des yeux devrait être utilisable par les services de police d’ici à un an.

——————————————————

Les jeux d’entrainement mental peuvent-ils améliorer les facultés cognitives et prévenir les maladies neurodégénératives? Réponse ici

——————————————————

Obama donne le feu vert pour la recherche sur l’embryon.

——————————————————

Des chercheurs suédois viennent de montrer que Santino, un chimpanzé mâle dominant, prépare plusieurs heures à l’avance les pierres qu’il lance ensuite en direction des visiteurs du zoo où il vit. Un surdoué ?

——————————————————

Une équipe internationale d’archéologues vient de découvrir les plus anciennes preuves de domestication du cheval par l’homme connues à ce jour, remontant aux alentours de 3 500 avant notre ère.

——————————————————

Chez les souris, une réduction de 50 % de la quantité de calories absorbées dans un régime normal peut se traduire par une augmentation de quarante pour cent de la durée de vie.
Plus d’infos !

——————————————————

VIH: Pourquoi un vaccin préventif a échoué ? Des biologistes ont élucidé l’échec du dernier « candidat vaccin » contre le VIH…

——————————————————

L’hiver 2008/2009 fut particulièrement froid en France. C’est ce qui ressort du bilan saisonnier tiré par Météo France. Plus d’infos ici.

——————————————————

«Trois millions de Français souffrent de maladies rares». Plus d’infos ici.

——————————————————

La tectonique des plaques change-t-elle le climat global ? C’est la question que se posent depuis quelques années les géodynamiciens, de l’Institut National des Sciences de l’Univers.

——————————————————

Des scientifiques du CNRS ont mené une vaste étude des dunes géantes de sable dans le but de mieux comprendre les mécanismes de leur formation.

——————————————————

L’analyse d’empreintes de pied laissées dans un sable fin près d’Ileret, au Kenya, suggère que l’un de nos ancêtres avait déjà, il y a plus de 1,5 million d’années, une démarche moderne.

——————————————————

Le télescope Fermi a réussi à détecter des photons de très haute énergie provenant du plus puissant sursaut gamma jamais détecté.

——————————————————

Des chercheurs canadiens ont développé une théorie expliquant la formation des ribosomes, des molécules chargées de lire et d’interpréter le code génétique.

——————————————————

L’océan est le principal puits de carbone planétaire, mais depuis dix ans, il est de moins en moins capable de jouer ce rôle, au nord comme au sud. Plus d’infos !

——————————————————

Une équipe internationale vient de cartographier la surface de notre satellite avec une précision inégalée de 15 kilomètres. Bilan : la Lune ne contient très peu d’eau.

——————————————————

Dans le cadre des Etats généraux sur la bioéthique, le ministère de la santé ouvre aujourd’hui un site internet destiné à informer et à recevoir les contributions des citoyens.

——————————————————

Des guêpes ont intégré à leur génome celui d’un très ancien virus et s’en servent comme vecteur pour prendre le contrôle des chenilles qu’elles parasitent.

——————————————————

Des chercheurs ont mis au pointune méthode pour prédire les points chauds de la biodiversité en utilisant les relevés historiques du climat pour modéliser les processus en évolution.

——————————————————

Une équipe franco-américaine travaillant sur la chorée de Huntington vient de faire une découverte qui évoque celle du prion responsable de la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

——————————————————

Le LHC devra attendre l’automne pour redémarrer …plus d’infos ici

——————————————————

Les chenilles parasites Maculinea rebeli trompent les fourmis ouvrières pour bénéficier d’un traitement royal en mimant les sons de la fourmi reine.

——————————————————

L’Europe veut protéger les requins de l’Atlantique : victimes de la surpêche, certaines espèces, comme le requin-taupe ou l’aiguillat, sont en grave danger.

——————————————————

Deux frères siamois âgés de huit mois ont été séparés à Paris par l’équipe du Professeur Yann Révillon de l’hôpital Necker-Enfants Malades.

——————————————————

Malgré leur grande diversité, les peuples pygmées partagent une origine commune récente –moins de 3.000 ans- selon une étude génétique.

——————————————————

Les humains émettent-ils
des phéromones ?
Aucune n’a encore été trouvée, bien que quelques indices de leur existence aient été donnés.

——————————————————

Selon une nouvelle étude, les australopithèques graciles pouvaient casser des noix avec leurs dents.

——————————————————

Des chirurgiens du Centre de lutte contre le cancer Oscar-Lambret de Lille ont utilisé, pour la première fois en France, un robot pour opérer un patient souffrant d’un cancer de la langue.

——————————————————

Une étude britannique révèle que les vaches produisent plus de lait si on les appelle par leur nom !!! Pour savoir la vérité cliquez !

——————————————————

Le laboratoire Apoptose, aux Etats-Unis, a découvert une molécule capable de se fixer au récepteur membranaire neuronal impliqué dans la maladie d’Alzheimer.

——————————————————

Des scientifiques ont commencé à disperser des sulfates de fer sur l’océan. Le but : activer artificiellement la pompe à carbone océanique les phytoplanctons en fertilisant l’océan. Plus d’infos ici !

——————————————————

Des astrophysiciens ont pu observer une exoplanète dans l’infrarouge et mesurer les chocs de température qu’elle subit : la planète refroidit aussi vite qu’elle chauffe. Son nom ? HD 80606b !

——————————————————

De récents travaux présentent une belle illustration de la théorie de l’évolution en action : d’après les recherches de Tracy Langkilde un lézard aurait radicalement modifié son comportement afin de survivre aux attaques d’une espèce invasive de fourmi.

——————————————————

Une équipe de chercheurs canadiens a découvert une nouvelle protéine associée à la progression du cancer du sein.

——————————————————

La fonte de la banquise prédite par les modèles climatiques du GIEC provoquerait la disparition des manchots empereurs d’ici 2100.

——————————————————

Une deuxième mondiale en Californie: une femme a donné naissance, lundi 26 janvier, à huit bébés, dans un hôpital du sud de Los Angeles

——————————————————

L’Antarctique n’échappe pas au réchauffement climatique : entre 1957 et 2006 les températures ont augmenté de 0,5°C.

——————————————————

Un chercheur de l’Université de Montréal a découvert le mécanisme qui empêche la régénération des lymphocytes T de type CD4+, des globules blancs essentiels au bon fonctionnement du système immunitaire.

——————————————————

Climatologue à l’Institut Goddard pour les études spatiales de la Nasa, James Hansen alerte de manière vigoureuse Barack Obama dans une lettre ouverte. Lire ici !

——————————————————

fil-info

La voiture grand public entièrement électrique est pour très bientôt. En tout cas les chercheurs d’un des grands laboratoires nationaux américain, Argonne, en sont persuadés. «C’est pour ça que plusieurs fabricants de batteries se précipitent pour acheter des terres au Brésil, où l’on trouve la meilleure roche dont on extrait le lithium qui est utilisé dans les batteries lithium-ion», explique Aymeric Rousseau, un ingénieur qui travaillait chez Peugeot avant de s’exiler aux Etats-Unis, où il effectue désormais des recherches au laboratoire d’Argonne.

Nucléaire. L’immense complexe, qui est gardé comme une base militaire, est situé dans la banlieue de Chicago. C’est ici qu’Enrico Fermi a réalisé, en 1942, la première réaction nucléaire contrôlée. Deux compagnies, General Motors et Toyota, prévoient de sortir un véhicule entièrement électrique («plug-in») en 2010. Mais le coût demeurera assez élevé et ces automobiles auront un rayon d’action de moins de 70 km par charge. C’est pourquoi à Argonne, où travaillent trois prix Nobel et un millier d’autres scientifiques, on s’affaire à allonger la durée de vie et à réduire le coût de ces batteries au lithium/ion – qui sont essentiellement les mêmes que celle utilisées dans les ordinateurs portables.

Autre piste explorée activement à Argonne : la pile à combustible à hydrogène. Une bonne dizaine de fabricants d’automobiles ont leurs prototypes. Mais le coût est toujours trop élevé pour envisager une production en série avant quelques années. Le problème tient principalement à l’utilisation du platine, un métal hors de prix, comme catalyseur de la pile à combustible. Palladium, cuivre, cobalt… des centaines de combinaisons de métaux destinées à remplacer l’inabordable platine sont explorées ici – comme dans des dizaines d’autres labos du monde. La durée de vie de la pile est aussi trop réduite. Thomas Walner, un ingénieur d’Argonne, se dit néanmoins persuadé que «l’avenir de l’automobile est bel et bien dans la pile à combustible». «A volume de production équivalent, une voiture à pile à combustible coûte 2,5 fois plus cher qu’une voiture classique, et dure deux fois moins longtemps», rétorque Ameyric Rousseau, qui croit plutôt dans l’avenir de la voiture électrique.

Réchauffement. Laquelle des deux solutions réduira-t-elle le plus le réchauffement climatique ? «Si l’électricité qui sert à charger les voitures est produite avec des centrales à charbon, l’usage de voitures électriques ne réduira pas les émissions de gaz à effet de serre», met en garde Jim Miller, un responsable du département des transports des Etats-Unis – où l’électricité est principalement produite avec du charbon.

Libération, 30 juillet 2008

En savoir plus sur les accumulateurs lithium


Rechercher sur le site

Bienvenue sur VivelesSVT

Nouveaux programmes des sciences de la vie et de la terre

Nouveau programme Sciences et technologie cm1 cm2 6ème

Nouveau programme SVT cycle 4 en 5ème 4ème 3ème

Lire les derniers articles

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2017
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.