header image

Lorsque la pratique sportive devient un véritable rituel, une raison d’être, un besoin vital, le sportif amateur, tout comme l’athlète de haut niveau, se retrouve transformé en véritable « drogué ». L’addiction au sport compte dorénavant parmi les autres addictions comportementales potentielles. Le malade, puisqu’il s’agit bien de cela, ressent un besoin compulsif et irrépressible de pratiquer son sport, malgré les blessures et les souffrances, ce qui évidemment n’est pas une bonne chose pour le corps.

Physiologiquement, le phénomène est le même quelle que soit l’addiction : en pratiquant un sport de façon très intensive, le patient devient dépendant aux hormones et autres neuromédiateurs naturels produits par son organisme : dopamine, adrénaline ou endorphine. Le sportif devient donc accro à son insu. L’origine psychologique n’est pas négligeable dans l’addiction, notamment lorsque le sport devient une échappatoire à des problèmes extérieurs.

Le plaisir ressenti en écoutant de la musique ressemble à celui que procure… un bon repas. Des chercheurs québécois ont observé qu’à l’instar des sources tangibles de plaisir, telles que la nourriture, la drogue ou le sexe, l’écoute d’une musique qui nous touche déclenche la libération de dopamine, une molécule de communication entre les neurones qui intervient dans le traitement des récompenses.

Les neurologues ont combiné deux techniques d’imagerie cérébrale : la tomographie par émission de positrons pour estimer la quantité de dopamine libérée dans les aires cérébrales stimulées lors de la récompense (le système mésolimbique), et l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour mesurer l’évolution de cette libération au fil du temps. Ils ont ainsi montré que les sujets relarguent plus de dopamine dans les aires de la récompense à l’écoute d’une musique qui les fait frissonner de plaisir qu’à celle d’une musique neutre. Le cerveau semble même distinguer l’émotion liée à l’anticipation du moment musical plaisant de celle liée à l’écoute elle-même : la dopamine n’est pas libérée dans les mêmes aires juste avant et pendant le pic émotionnel.Plus d’infos.

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2020
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.