header image

Réponse en radio sur Zénith FM



LA FICHE SUR LE MUGUET

muguet-fiche-svt


Toutes les chroniques VivelesSVT.com sur Zénith FM

Après avoir passé l’hiver au Mexique, les papillons monarques (Danaus plexippus) remontent vers la région des Grands lacs, en Amérique du Nord. Mais quels individus ? Ceux qui ont quitté le Nord pour le Mexique l’année précédente et qui accomplissent ainsi un cycle complet de migration, ou la nouvelle génération née des œufs pondus sur le chemin vers le Nord, dans les États du Sud et du centre des États-Unis ? Pour répondre à cette question, Ryan Norris et ses collègues, de l’Université de Guelph au Canada, ont étudié les populations de papillons monarques qui rejoignent les Grands lacs.

À l’approche de l’automne, les papillons monarques quittent le Canada et le Nord des États-Unis pour rejoindre le Mexique. Ils sont des millions à parcourir les quelque 3 000 kilomètres, progressant en moyenne de 50 kilomètres par jour. Arrivés au Mexique, ils passent l’hiver en diapause – avec un métabolisme ralenti – dans des oyamels (des conifères), à plus de 2 400 mètres d’altitude, jusqu’à l’arrivée des beaux jours. Ils repartent alors vers le Nord en passant par les États américains bordant le golfe du Mexique, puis par le centre du continent avant d’atteindre les Grands lacs.

Un Suédois (homme) peut espérer vivre 12 ans de plus qu’un Bulgare et surtout vivre en bonne santé 20 ans de plus qu’un Slovaque! Ces chiffres sont exemplaires des dernières données sur l’espérance de vie dans les 27 pays de l’Union Européenne. Elles révèlent de fortes disparités et montrent que dans les pays où l’on peut espérer vivre très vieux on ne vit pas forcément très bien. C’est ce cherche à mesurer l’espérance de vie sans incapacité. (…)

« Jusqu’à présent nous ne disposions, avec l’espérance de vie, que d’un indicateur quantitatif. Avec l’espérance de vie sans incapacité [EVSI] nous avons depuis 2005 un indicateur de santé qui évalue la survie mais aussi la qualité de vie » explique Jean-Marie Robine, directeur de recherche à l’Inserm. L’EVSI prend en compte l’incapacité au sens large puisqu’on recherche chez les personnes interrogées une limitation dans les activités habituelles. Une perception subjective qui peut donc varier d’un individu à l’autre mais qui reste un indicateur de santé valable. La santé elle-même ne consistant pas simplement en l’absence de maladies mais en un état de complet bien-être physique, mental et social, selon l’OMS.

De retour après une semaine de formation BAFA approfondissement « Jeux et animations du bord de mer» à Saint-Lunaire (35) au centre Bretagne-Emeraude avec la FSCF-BRETAGNE : Fédération Sportive et Culturelle de France.

Ces 6 jours permettaient aux jeunes d’ acquérir (entre autres) des connaissances et des compétences d’animation relatives au bord de mer, notamment en écologie marine :

– Mise en place d’activités destinées à différentes tranches d’âge sur le thème « bord de mer »(Grands jeux, veillée, activités manuelles…)

– Présentation d’ouvrages pour se documenter et créer des activités « nature et environnement » pour les enfants.

Merci à Vous pour cette semaine et votre intérêt porté au thème du stage. A très bientôt les SB, Alexandra, Maxime, Antoine, Morgane, Claire, Sophie, Hélène, François, Wayta, Adeline, Quentin, Etienne, Thomas, Christophe, Marine et Fredéric.

COIN-COIN !

Depuis une bonne dizaine d’années, les paléontologues savent qu’au moins un groupe de dinosaures était porteur de plumes tout comme les oiseaux – leurs lointains parents. Ces plumes ne servaient bien sûr pas à voler mais faisaient office d’isolant thermique. Jusqu’à présent on ne connaissait que des dinosaures de petite taille ainsi équipés. La découverte, publiée dans la revue Nature, de trois fossiles, en Chine, prouve que des animaux beaucoup plus gros en avaient aussi.

Ces ossements ont conduit à l’identification d’une nouvelle espèce : Yutyrannus huali, un nom sino-latin signifiant tyran à belles plumes. Ils ont été mis au jour dans une carrière dans une couche sédimentaire datant du Crétacé inférieurdans la province du Liaoning. « Les plumes de Yutyrannus étaient de simples filaments » explique le professeur Xu Xing, auteur principal de l’étude. « Elles étaient plus comme le duvet d’un poussin moderne que comme celles d’un oiseau adulte. »

Image représentation artistique de Yutyrannus huali. Dr Brian Choo

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2020
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.