header image

Le bonheur des gens dépendrait du bonheur de ceux qui les entourent. C’est la conclusion des recherches menées pendant plus de vingt ans par deux scientifiques américains, dont l’étude est publiée, vendredi 5 décembre, par le British Medical Journal (BJM).

Au-delà du fait, évident, que certaines émotions soient contagieuses d’une personne à l’autre, on en savait peu jusqu’ici sur l’impact, à long terme, de l’entourage d’un individu sur son bonheur, ainsi que sur le nombre et la proximité des personnes « contaminées » par le bonheur d’un tiers. L’objectif du professeur Nicholas Christakis, de la Harvard Medical School, et du professeur James Fowler de l’Université de Californie à San Diego, qui ont mené cette étude auprès de 4 739 personnes de 1983 à 2003, dans une ville du Massachussets, était donc d’évaluer si le bonheur pouvait se répandre, à long terme, d’une personne à l’autre, et dans l’ensemble d’un groupe social.

Leur réponse est que « les variations dans le niveau de bonheur d’un individu peuvent se propager par vagues à travers des groupes sociaux et générer une large structure au sein même d’un réseau, créant ainsi des groupes de gens heureux ou malheureux », la proximité géographique important aussi bien que la proximité sociale. Par exemple, la probabilité qu’une personne soit heureuse augmente de 42 % si un ami qui vit à moins de 800 mètres le devient lui-même. Ce chiffre passe à 25 % si l’ami vit à moins de 1,5 km, et il continue de décliner à mesure que l’éloignement croît. Et le bonheur d’un individu peut « irradier » jusqu’à trois degrés de séparation, c’est-à-dire que l’on peut rendre heureux, l’ami de l’ami d’un ami.

PAS DE CONTAGION AUX COLLÈGUES DE BUREAU

« Les gens qui sont entourés par beaucoup de gens heureux (…) ont plus de chance d’être heureux dans le futur. Les statistiques montrent que ces groupes heureux sont bien le résultat de la contagion du bonheur et non seulement d’une tendance de ces individus à se rapprocher d’individus similaires, » précisent les chercheurs. Les chances de bonheur augmentent de 8 % en cas de cohabitation avec un conjoint heureux, de 14 % si un proche parent heureux vit dans le voisinage, et même de 34 % en cas de voisins joyeux. Ces recherches « sont une raison supplémentaire de concevoir le bonheur, comme la santé, comme un phénomène collectif » expliquent-ils.

Ce phénomène a cependant des limites : ainsi la formule ne s’applique pas au bureau. « Les collègues de travail n’affectent pas le niveau de bonheur, ce qui laisse penser que le contexte social peut limiter la propagation d’états émotionnels », selon l’étude.

Dans son éditorial, le BMJ estime que cette étude « révolutionnaire » pourrait avoir des implications en termes de santé publique. « Si le bonheur se transmet effectivement par le biais des relations sociales, cela pourrait contribuer indirectement à la transmission similaire de la [bonne] santé, ce qui a des implications sérieuses pour l’élaboration des politiques », estime le journal. Dans leur introduction, les chercheurs rappellent que le bonheur est si essentiel à l’existence humaine que l’Organisation mondiale de la santé le désigne de plus en plus comme un composant à part entière de l’état de santé.

sources Le Monde.fr avec AFP

Aucun commentaire

Soyez le premier à réagir !

Laissez votre commentaire

 


Rechercher sur le site

Bienvenue sur VivelesSVT

Nouveaux programmes des sciences de la vie et de la terre

Nouveau programme Sciences et technologie cm1 cm2 6ème

Nouveau programme SVT cycle 4 en 5ème 4ème 3ème

Lire les derniers articles

Vive les SVT

Les sciences de la vie et de la terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2016
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.