header image

De infographies voient le jour sur la toile pour expliquer simplement les phénomènes observés ces derniers jours au Japon. Cliquez pour l’animation.

La formation d’un tsunami :


Le système d’alerte :

L’enregistrement des séismes par le sismomètre :

Les mesures parasismiques possibles dans les bâtiments :


Toutes les animations sur Libération.

Le cours de SVT 4ème sur les séismes.

VivelesSVT.com vous propose une revue de presse sur le séisme de magnitude de 8.9 du 11 mars 2011 au Japon :

SEISME JAPON : son épicentre se situe en mer au Nord-Est des côtes de Honshu, la plus grande île du Japon. La première secousse a été ressentie à 06h46 heure de Paris.

Source Sciences et Avenir

sources Pour La Science


Plus d’informations sur le séisme du Japon.

TSUNAMI : la première vague a touché l’île d’Honshu 10 à 30 minutes plus tard. Cette carte indique la vitesse attendue de propagation des tsunamis à travers l’océan Pacifique. Elle est fournie par l’administration américaine des océans (NOAA, National Oceanographical and Atmospheric Agency)

sources Sciences et Avenir

Comment se forme un tsunami ? plus d’informations ici.

Séisme et Tsunami du 11 mars 2011 en 8 vidéos :


Séisme et Tsunami du 11 mars 2011 en images :

cliquez ici

Le risque nucléaire :

les informations sur Sciences et Avenir

Accidents nucléaires : les risques pour l’homme dossier Le Figaro
Comment l’homme réagit à une exposition à la radioactivité ?
Comment mesure-t-on la gravité de l’exposition ?

Les pastilles d’iode, à quoi ça sert ?




Le panache radioactif japonais modélisé par les scientifiques article sur Le Figaro

Le séisme qui a frappé L’Aquila, au centre de l’Italie, dans la nuit de dimanche à lundi, a déjà fait des dizaines de victimes et les secours continuent de fouiller les décombres. Alors que près de 50.000 personnes ont été évacuées, une polémique enfle dans les médias italiens : la catastrophe aurait-elle pu être évitée? L’analyse d’un sismologue.



seisme



Giampaolo Giuliani, technicien au laboratoire de physique nucléaire souterrain du Gran Sasso, situé dans la même région des Abruzzes que la ville de L’Aquila, affirme avoir averti les autorités quelques jours avant la catastrophe de l’imminence d’un séisme. De fait, un article paru dans le Corriere delle Sera, daté du 1er avril 2009, explique comment l’alerte donnée par Giuliani aux autorités locales a semé la panique. Aujourd’hui, le technicien du Gran Sasso demande des comptes à ceux qui l’accusaient de créer de fausses alarmes.

Pour émettre son alerte, Giampaolo Giuliani s’appuie sur un phénomène connu: les émanations du gaz radon depuis la croûte terrestre. «En effet, cet indice a été remarqué de nombreuses fois avant les séismes», précise Pascal Bernard, sismologue à l’Institut de physique du Globe de Paris. «Le sol est un milieu poreux: les contraintes tectoniques font varier l’état du sol et aboutissent à une émanation de radon» poursuit le sismologue. «Mais il est impossible de prévoir la survenue d’un séisme: nous ne sommes pas capables de déterminer une échéance, cela peut être un jour ou une semaine ou un mois plus tard… Il est impossible d’évacuer toute la zone» analyse Pascal Bernard.

«Il aurait été intéressant que ces émanations de radon soient mises en relation avec d’autres indices comme la microsismicité enregistrée dans la même région» ajoute le chercheur de l’IPG.

Le séisme de L’Aquila, ressenti jusqu’à Rome, à 100 kilomètres, a atteint une magnitude 6,2 (sur l’échelle ouverte des magnitudes où les séismes les plus meurtriers atteignent 9). La faille concernée est bien connue des géophysiciens italiens et a déjà été cartographiée : elle est placée exactement sous la ville d’Aquila, à 5 km de profondeur, et atteint la surface à sa terminaison.

La région des Apennins comprend tout un réseau de failles interconnectées et le séisme de ce jour pourrait activer d’autres failles dans les prochaines semaines. Le séisme s’inscrit dans un mouvement général de convergence entre plaques tectoniques : l’Afrique se rapproche de l’Europe à raison d’un peu plus d’un centimètre par an, ce qui a été à l’origine de la formation des chaînes de montagnes dans le sud de l’Europe.

«Localement les Apennins subissent un mouvement d’extension, explique Pascal Bernard, tout se passe comme si les Apennins s’étalaient».

SOURCES :
Azar Khalatbari et Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.com
06/04/09

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2020
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.