header image
L'actualité des Sciences ViveLesSvt.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité sciences sur les blogs et médias en ligne.

Une équipe de chercheurs de l’UCLA Medical Center vient de présenter, lors de la réunion annuelle de l’Endocrine Society à Houston, le fonctionnement de ce gel contraceptif hormonal ainsi que les résultats des premiers tests. Ce gel associe de la testostérone et un progestatif (Nestorone). En l’appliquant quotidiennement, il permet de réduire la production de spermatozoïdes et ainsi rendre l’homme temporairement stérile. C’est la première fois qu’une telle combinaison permet de fournir une quantité d’hormones permettant d’abaisser autant la production de sperme.

Les premiers tests sont concluants. 56 hommes se sont portés volontaires, et ont appliqué quotidiennement un gel, pendant une durée de 6 mois. Un tiers des hommes a reçu un gel contenant de la testostérone mélangée à un placebo. Les deux autres tiers utilisaient un gel contenant une association de testostérone et de Nestorone différemment dosé (8 ou 12 mg de Nestorone).

En comparant la biomécanique et les bases anatomiques des mimiques labiales du singe à celles du langage articulé humain, des chercheurs sont parvenus à démontrer que la parole est probablement une évolution des jeux de lèvres qu’utilisent nos cousins pour communiquer.

Si nul n’a jamais appris à un singe à faire des grimaces, c’est bien à force de faire des grimaces que l’homme s’est mis à parler. C’est du moins ce que suggèrent trois études menées conjointement par des psychologues et des primatologues des universités de Princeton (Etats-Unis), de Parme (Italie) et de Vienne (Autriche). Selon eux, le langage articulé humain a évolué, non pas à partir des cris de nos ancêtres velus, mais plutôt à partir des mimiques labiales (lipsmacks) spontanément utilisées par les singes. Plus d’informations.

La découverte d’un gène pourrait redonner du goût aux tomates industrielles dont les producteurs favorisent, lors de la sélection des variétés, une mutation génétique qui les fait mûrir uniformément mais au détriment de la saveur, selon des travaux publiés jeudi 28 juin aux Etats-Unis. Depuis longtemps, les cultivateurs de tomates sélectionnent des variétés génétiquement modifiées produisant des fruits de couleur vert pâle avant de mûrir simultanément et devenir rouges afin d’être récoltées en même temps.

Mais ce choix dans les croisements a neutralisé une protéine donnant de la saveur aux tomates, expliquent les chercheurs dont l’étude paraît dans la revue américaine Science datée du 29 juin.« Cette découverte du gène responsable de la saveur dans des variétés de tomates sauvages et traditionnelles offre la possibilité de retrouver des caractéristiques qui ont été perdues sans le savoir », estime Ann Powell, biochimiste à l’université de Californie, à Davis, parmi les principaux auteurs de ces travaux.Plus d’informations.

Voler sous la pluie n’est déjà pas simple pour une chauve-souris – elle dépense le double d’énergie ; mais pour un moustique, la mission est plus que périlleuse. Imaginez : la masse que reçoit le moustique lorsqu’une goutte le percute équivaut à celle qu’un homme encaisserait si… un orque femelle lui tombait dessus. Pourtant, le moustique s’en sort bien, tant qu’il n’est pas trop proche du sol. Comment ? En ne faisant qu’un avec la goutte pendant une fraction de seconde. C’est ce qu’ont montré Andrew Dickerson et ses collègues de l’Institut de technologie de Géorgie, à Atlanta aux États-Unis

Les biophysiciens ont conduit deux séries d’expériences, l’une avec des moustiques Anopheles – nombreux dans les régions tropicales, ces moustiques sont souvent confrontés à la pluie –, l’autre en remplaçant les moustiques par des billes de même masse et envergure. En filmant et en analysant, à l’aide d’une caméra ultrarapide, leur trajectoire sous une pluie artificielle (un jet d’eau calibré à l’aide d’une pompe pour que la taille des gouttes et leur vitesse soient comparables à celles de la pluie réelle), ils sont parvenus à plusieurs conclusions. Plus d’informations.

Cette scène se produit autour d’une étoile située à 1200 années lumière de nous et elle a été révélée par les observations du satellite spatial Kepler. L’étoile, appelée Kepler 36a, est plus vieille que notre Soleil de quelques milliards d’années : elle a consommé tout son hydrogène et est entrée dans une phase d’inflation (elle « gonfle »).

Deux planètes tournent en orbite autour d’elle : Kepler 36b est une planète rocheuse dont la taille équivaut à 1,5 fois celle de la Terre et qui fait le tour de l’étoile en 14 jours. La seconde, Kepler 36c, est une planète gazeuse du type Neptune et accomplit sa révolution autour de l’étoile en 16 jours.

Les deux planètes sont étonnamment proches – 30 fois plus proches que les planètes du système solaire- malgré leur différence de nature. Dans le système solaire, les planètes rocheuses sont plus proches du Soleil, les géantes gazeuses se situant dans une zone éloignée. Ce n’est en effet que dans les régions plus froides que ces planètes peuvent se former, contrairement aux rocheuses, explique Steve Kawaler (Iowa State University, Etats-Unis), l’un des auteurs de l’étude –publiée dans la revue Science. Plus d’informations.

Quels sont les sujets les plus probables en SVT au BAC S ?



La procréation, très en vogue pendant des années, n’est plus tombée en France métropolitaine à la session de juin depuis 2007. Selon Valérie Sipahimalani, professeur au lycée Jules-Ferry, à Paris, il est « très crédible », que ce thème fasse son grand retour. D’autant plus que la procréation passe dans le programme de 1re en 2012-2013. « Ce chapitre peut potentiellement faire l’objet de la restitution de connaissances ou d’une étude de documents. Mais elle se prête aussi bien aux exercices », affirme Christine Moreels, professeur au lycée Jean-Perrin de Lambersart (59) et créatrice du site svt.prepabac.s.free.fr.

Autre chapitre attendu : l’immunologie. « C’est un chapitre un peu oublié, pas évident, car il y a beaucoup de cours à apprendre », prévient Christine Moreels. En spécialité, « Des débuts de la génétique aux enjeux actuels des biotechnologies » pourrait bien être au cœur du 3e exercice.

La « Convergence lithosphérique et ses effets », la grosse partie de géologie, est tombée en juin 2011 en restitution des connaissances. Il y a très peu de chances que cela se reproduise. Néanmoins, si le chapitre est effectivement plus adapté à une question de cours, il peut revenir cette année en étude de documents. La « Stabilité et variabilité des génomes – Evolution » (génétique) est également une très grosse partie à ne surtout pas négliger. Même si elle est tombée en 2011, il n’est pas dit que cela ne se reproduise pas. Selon les professeurs, elle ferait alors l’objet d’une étude de documents plutôt que d’une question de synthèse, plus difficile à traiter.



Toutes les informations sur létudiant.fr

Les cellules souches peuvent survivre en milieu hostile, en s’endormant, y compris plusieurs jours après la mort, et redevenir ensuite fonctionnelles, selon des chercheurs français dont les travaux ouvrent des pistes thérapeutiques, par exemple, pour les greffes de moelle osseuse.

Les cellules souches du muscle survivent en « état de dormance » 17 jours post-mortem chez l’homme et 16 jours post-mortem chez la souris et, une fois remises en culture, redeviennent parfaitement fonctionnelles, selon l’étude publiée cette semaine dans la revue Nature Communications.

Il en va de même pour les cellules souches de la moelle osseuse à l’origine des cellules sanguines, qui restent viables quatre jours post-mortem chez la souris et sont également capables, après greffe, de repeupler la moelle, ajoutent les chercheurs. De précédent travaux avaient identifié de telles cellules 32 heures après la mort dans le cerveau d’un foetus.


Rechercher sur le site

Bienvenue sur VivelesSVT

Lire les derniers articles

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2018
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.