header image
L'actualité des Sciences ViveLesSvt.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité sciences sur les blogs et médias en ligne.

Une nouvelle étude sur ces humains minuscules découverts sur l’île de Florès, en Indonésie, et qui y ont vécu jusqu’à il y a environ 50.000 ans, apporte un nouvel éclairage. Selon ses auteurs, Homo floresiensis n’est pas un cousin d’Homo erectus, et encore moins un Homo sapiens malade. Le petit Homme est beaucoup plus ancien que cela. Les Hommes de Florès seraient une population survivante d’une espèce vieille de plus de 1,7 million d’années.

– Une étude phylogénétique de fossiles d’Hommes de Florès indique une séparation très ancienne d’avec la lignée qui a mené à l’Homme moderne.
– L’origine de cette espèce serait à rechercher vers -1,75 million d’années au moins, probablement en Afrique.
– Ce petit hominidé serait plus proche d’Homo habilis.

Lire la suite sur Futura-Science

Cours en ligne sur l’évolution de l’homme

Dans l’océan, à partir d’une certaine profondeur, l’obscurité totale règne. On y rencontre pourtant de nombreuses espèces qui émettent de la lumière. Dans quelle mesure cette bioluminescence est-elle répandue ? Dans les environnements côtiers, elle concerne moins de 2,5 % des espèces, mais en haute mer, elle serait prépondérante. C’est ce qu’il ressort d’un relevé précis effectué par Séverine Martini et Steven Haddock, de l’institut de recherche de l’aquarium de Monterey Bay, en Californie, qui ont analysé un grand nombre de films réalisés par des véhicules sous-marins téléguidés (ROV).

La bioluminescence résulte de l’oxydation d’une molécule appelée luciférine par les organismes vivants. Ce processus de nature chimique se distingue donc de la fluorescence et de la phosphorescence, qui nécessitent une source de lumière extérieure. La lumière émise par la bioluminescence se répartit principalement dans une gamme de couleurs allant du bleu au vert. Ce phénomène a de nombreuses fonctions pour les animaux : attirer les partenaires sexuels, leurrer les proies, communiquer, etc. Lire la suite de l’article de Pour la Science.

bioluminescence_1704_1

Des chercheurs du CNRS ont découvert que les mandrills évitaient de rentrer en contact avec leurs congénères infectés par des amibes gastro-intestinales grâce à leur odorat, afin d’échapper à toute contamination. Ces travaux, publiés dans la revue Science Advances du 7 avril 2017, montrent que les parasites influencent les comportements sociaux des primates qui développent une stratégie d’évitement parasitaire grâce à un mécanisme olfactif. Lire la suite.

Idéalement placée à proximité d’une gentille naine rouge, la « superTerre » LHS 1140b, découverte avec des instruments terrestres, est une cible parfaite pour étudier son atmosphère, si elle en possède une, ce qui est très possible. L’astronome Xavier Bonfils, codécouvreur de cette exoplanète, nous explique tout son intérêt pour la recherche de biosignatures.

Récemment, les astronomes s’enthousiasmaient devant les 7 exoplanètes autour de Trappist-1, et la possibilité de découvrir une forme de vie extraterrestre. L’histoire continue avec la découverte par une équipe internationale d’astronomes d’une « superTerre », bonne candidate au titre de cible idéale pour la recherche de traces de vie au-delà du Système solaire.

Baptisée LHS 1140b, elle décrit une orbite au sein de la zone habitable de son étoile, une naine rouge de type spectral M, à environ 40 années-lumière de la Terre. Elle a été découverte au moyen de l’instrument Harps, de l’ESO à l’observatoire de La Silla, au Chili, et d’autres télescopes terrestres. L’observation vient de faire l’objet d’une publication dans Nature. Lire la suite.

Des chercheurs du CNRS, de Thales et des Universités de Bordeaux, de Paris-Sud, et d’Evry viennent de créer une synapse artificielle capable d’apprendre de manière autonome. Ils ont également réussi à modéliser ce dispositif. Cette dernière étape est fondamentale pour élaborer des circuits plus complexes. Les travaux sont publiés dans Nature Communications le 3 avril 2017.
S’inspirer du fonctionnement du cerveau pour concevoir des machines de plus en plus intelligentes, telle est l’idée du biomimétisme. Le principe est déjà à l’œuvre en informatique via des algorithmes pour la réalisation de certaines tâches comme la reconnaissance d’image. C’est ce qu’utilise Facebook pour identifier des photos par exemple. Mais le procédé est très gourmand en énergie. Vincent Garcia (Unité mixte de physique CNRS/Thales) et ses collègues viennent de franchir une nouvelle étape dans ce domaine en créant directement sur une puce électronique une synapse artificielle capable d’apprentissage. Ils ont également développé un modèle physique permettant d’expliciter cette capacité d’apprentissage. Cette découverte ouvre la voie à la création d’un réseau de synapses et donc à des systèmes intelligents moins dépensiers en temps et en énergie. Lire la suite.

Cours de SVT sur les neurones

Trois questions autour des 7 exoplanètes dont la découverte a été annoncée par la Nasa. Il a fallu plusieurs télescopes pour les repérer. Elles sont au nombre de sept, toutes rocheuses, toutes aussi grandes que la Terre, toutes en orbite autour de la même étoile. La Nasa a annoncé, mercredi 22 février, la découverte de nouvelles exoplanètes (c’est-à-dire situées à l’extérieur de notre système solaire), dont certaines sont susceptibles, en théorie, d’abriter de la vie. Retrouvez sur le site de FranceInfo les éléments essentiels de cette annonce. ICI

exoplanète NASA

Cours en ligne sur la planète Terre.

La dégradation des fibres alimentaires (et notamment des polysaccharides complexes) est une fonction majeure de notre microbiote intestinal que l’on situait jusqu’à présent uniquement dans le côlon. Or, grâce à des approches de métagénomique, des chercheurs de l’Inra, en collaboration avec le CNRS1, révèlent une activité fibrolytique au niveau de l’intestin grêle, plus précisément dans l’iléon. Publiés dans Scientific Reports le 16 janvier 2017, ces résultats conduisent à reconsidérer cette fonction de dégradation des fibres alimentaires et son impact sur la santé humaine. Lire la suite.

microbiote


Rechercher sur le site

Bienvenue sur VivelesSVT

Nouveaux programmes des sciences de la vie et de la terre

Nouveau programme Sciences et technologie cm1 cm2 6ème

Nouveau programme SVT cycle 4 en 5ème 4ème 3ème

Lire les derniers articles

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2017
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.