Les coronavirus constituent une famille de virus dont certains peuvent infecter les humains, entraînant le plus souvent des symptômes bénins de type rhume. Néanmoins, trois épidémies mortelles sont déjà survenues au 21e siècle, dont celle en cours. Elles impliquent des coronavirus émergents, hébergés par des animaux et soudain transmis à l’homme : les SRAS-CoV et le MERS-CoV. Alors que l’épidémie

Partager

Les interactions sociales étant réduites à leur strict nécessaire pour contrecarrer l’épidémie de covid-19, quelques conseils s’imposent pour préserver notre santé mentale. A lire ici.

Partager

Le coronavirus. Ce nom est aujourd’hui sur toutes les lèvres. Certains le redoutent, et constituent des réserves de masques et de gel désinfectant. D’autres s’agacent de tout le ramdam fait autour d’un virus qui fait bien moins de morts que la grippe saisonnière. Alors où se trouve la vérité ? Doit-on vraiment redouter cette épidémie de pneumonie virale venue de

Partager
Comment la France se prépare au risque épidémique de coronavirus ?

Dans le contexte de l’alerte internationale relative aux infections respiratoires liées au nouveau Coronavirus « SARS-CoV-2 », le Ministère des solidarités et de la santé a mobilisé le système de santé afin de faire face à cette épidémie pour notamment assurer la détection et la prise en charge des patients « cas possibles » et « cas confirmés ». Cette

Partager

Chez l’Homme, les coronavirus entrainent des symptômes bénins de type rhume. Néanmoins, deux épidémies mortelles sont déjà survenues au 21e siècle, impliquant des coronavirus émergents, hébergés par des animaux et soudain transmis à l’homme : le SRAS-CoV et le MERS-CoV. Les chercheurs se penchent sur les modalités de ces transmissions et se préparent à de nouveaux événements de ce type.

Partager
Suppression du VIH chez des souris

Une équipe dirigée par Howard Gendelman, de l’université du Nebraska à Omaha, aux États-Unis, et Kamel Khalili, de l’université Temple, à Philadelphie, vient d’obtenir des résultats encourageants : elle a réussi à supprimer toute trace du virus chez des souris infectées. (…)Dans leur nouvelle étude, les chercheurs ont combiné ces deux approches chez des souris modifiées pour produire des cellules

Partager

Pour la première fois, deux paléoanthropologues ont remonté l’arbre généalogique de notre espèce et dressé le portrait-robot en 3D de l’ancêtre d’Homo sapiens. Ils ont comparé ce crâne virtuel aux rares fossiles du genre Homo datés de 200 000 ans, date présumée de l’apparition de notre espèce en Afrique, afin d’y dénicher notre aïeul potentiel. Une étude publiée ce jour

Partager