header image


Diversité et unité des êtres humains


Histoire de la Terre et évolution des organismes


Risque infectieux et protection de l’organisme



Responsabilité humaine en matière de santé et d’environnement

——————————————————–

Retour à la page les SVT en 3ème


Diversité et unité des êtres humains


Chaque individu présente les caractères de l’espèce avec des variations qui lui sont propres.
Les caractères qui se retrouvent dans les générations successives sont des caractères héréditaires.
Les facteurs environnementaux peuvent modifier certains caractères. Ces modifications ne sont pas héréditaires.

Les chromosomes présents dans le noyau sont le support de l’information génétique. Chaque cellule d’un individu de l’espèce humaine possède 23 paires de chromosomes, l’une d’elles présente des caractéristiquesdifférentes selon le sexe.

Un nombre anormal de chromosomes empêche le développement de l’embryon ou entraîne des caractères différents chez l’individu concerné.

Chaque chromosome est constitué d’ADN. L’ADN est une molécule qui peut se pelotonner lors de la division cellulaire, ce qui rend visibles les chromosomes.
Chaque chromosome contient de nombreux gènes. Chaque gène est porteur d’une information génétique. Les gènes déterminent les caractères héréditaires. Un gène peut exister sous des versions différentes appelées allèles.

Les cellules de l’organisme, à l’exception des cellules reproductrices, possèdent la même information génétique que la cellule-oeuf dont elles proviennent par divisions successives.
La division d’une cellule :
– est préparée par la copie de chacun de ses 46 chromosomes ;
– se caractérise par la séparation des chromosomes obtenus, chacune des deux cellules formées recevant 23 paires de chromosomes identiques à ceux de la cellule initiale.

Chaque cellule reproductrice contient 23 chromosomes. Lors de la formation des cellules reproductrices les chromosomes d’une paire, génétiquement différents, se répartissent au hasard. Les cellules reproductrices produites par un individu sont donc génétiquement différentes.

La fécondation, en associant pour chaque paire de chromosomes, un chromosome du père et un de la mère, rétablit le nombre de chromosomes de l’espèce. Chaque individu issu de la reproduction sexuée est génétiquement unique.


Histoire de la Terre et évolution des organismes


Les roches sédimentaires, archives géologiques, montrent que, depuis plus de trois milliards d’années, des groupes d’organismes vivants sont apparus, se sont développés, ont régressé, et ont pu disparaître.
Les espèces qui constituent ces groupes, apparaissent et disparaissent au cours des temps géologiques. Leur comparaison conduit à imaginer entre elles une parenté, qui s’explique par l’évolution.

Au cours des temps géologiques, de grandes crises de la biodiversité ont marqué l’évolution ; à des extinctions en masse succèdent des périodes de diversification.

La cellule, unité du vivant, et l’universalité du support de l’information génétique dans tous les organismes, Homme compris, indiquent sans ambigüité une origine primordiale commune.

Une espèce nouvelle présente des caractères ancestraux et aussi des caractères nouveaux par rapport à une espèce antérieure dont elle serait issue. L’Homme, en tant qu’espèce, est apparu sur la Terre en s’inscrivant dans le processus de l’évolution.

L’apparition de caractères nouveaux au cours des générations suggère des modifications de l’information génétique : ce sont les mutations.

Des événements géologiques ont affecté la surface de la Terre depuis son origine en modifiant les milieux et les conditions de vie ; ces modifications de l’environnement sont à l’origine de la sélection de formes adaptées.

La succession des formes vivantes et des transformations géologiques ayant affecté la surface de la Terre depuis son origine, est utilisée pour subdiviser les temps géologiques en ères et en périodes de durée variable.


Risque infectieux et protection de l’organisme


L’organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de micro-organismes (bactéries et virus) issus de son environnement. Ils se transmettent de différentes façons d’un individu à l’autre directement ou indirectement. Ils franchissent la peau ou les muqueuses : c’est la contamination.

Après contamination, les microorganismes se multiplient au sein de l’organisme : c’est l’infection.
Ces risques sont limités par la pratique de l’asepsie et par l’utilisation de produits antiseptiques.
Des antibiotiques appropriés permettent d’éliminer les bactéries. Ils sont sans effet sur les virus.

L’organisme reconnaît en permanence la présence d’éléments étrangers grâce à son système immunitaire.
Une réaction rapide – la phagocytose, réalisée par des leucocytes – permet le plus souvent de stopper l’infection.
D’autres leucocytes, des lymphocytes spécifiques d’un antigène reconnu se multiplient rapidement dans certains organes, particulièrement les ganglions lymphatiques.

Les lymphocytes B sécrètent dans le sang des molécules nommées anticorps, capables de participer à la neutralisation des microorganismes et de favoriser la phagocytose. Une personne est dite séropositive pour un anticorps déterminé lorsqu’elle présente cet anticorps dans son sang.

Les lymphocytes T détruisent par contact les cellules infectées par un virus. Les réactions spécifiques sont plus rapides et plus efficaces lors de contacts ultérieurs avec l’antigène.

La vaccination permet à l’organisme d’acquérir préventivement et durablement une mémoire immunitaire relative à un microorganisme déterminé grâce au maintien dans l’organisme de nombreux leucocytes spécifiques.

Une immunodéficience acquise, le SIDA, peut perturber le système immunitaire. Un test permet de déterminer si une personne a été contaminée par le VIH.
L’utilisation du préservatif permet de lutter contre la contamination par les microorganismes responsables des infections sexuellement transmissibles (IST) notamment celui du SIDA.


Responsabilité humaine en matière de santé et d’environnement


Certains comportements (manque d’activité physique ; excès de graisses, de sucre et de sel dans l’alimentation) peuvent favoriser l’obésité et l’apparition de maladies nutritionnelles (maladies cardiovasculaires, cancers).

L’exposition excessive au soleil peut augmenter le risque de cancer de la peau.

Les connaissances acquises sur le rôle du sang et des principaux organes font percevoir l’importance vitale d’une transfusion de produits sanguins, d’une greffe ou d’une transplantation.

Les pollutions des milieux naturels que sont l’air ou l’eau sont le plus souvent dues aux activités industrielles et agricoles ainsi qu’aux transports.
Des données statistiques actuelles permettent d’établir un lien entre l’apparition ou l’aggravation de certaines maladies et la pollution de l’atmosphère ou de l’eau.
Dans la plupart des cas, la mise en évidence d’une relation de causalité se heurte à deux difficultés : l’absence de spécificité des maladies repérées et la faible concentration ou le caractère diffus des expositions.

L’adoption de comportements responsables, le développement d’une agriculture et d’une industrie raisonnées et de nouvelles technologies sont nécessaires afin d’associer le développement économique, la prise en compte de l’environnement et la santé publique.

L’Homme, par les besoins de production nécessaire à son alimentation, influence la biodiversité planétaire et l’équilibre entre les espèces.
Des actions directes et indirectes permettent d’agir sur la biodiversité en fonction des enjeux.

Les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel) extraites du sous sol, stockées en quantité finie et non renouvelable à l’échelle humaine, sont comparées aux énergies renouvelables notamment solaire, éolienne, hydraulique.
Les impacts de ces différentes sources,d’énergie sur l’émission des gaz à effet de serre sont comparés.

Dans le cadre de la maîtrise de la reproduction, les méthodes de contraception utilisées sont soit à effet contraceptif, soit à effet contragestif, soit cumulant les deux. Un effet contraceptif empêche la fécondation ; un effet contragestif empêche la nidation de l’embryon ; un effet abortif agit après implantation de l’embryon (on parle alors d’interruption de grossesse).
La diversité des méthodes de contraception permet à chacun de choisir celle étant la plus adaptée à sa situation.

Les méthodes de procréation médicalement assistée peuvent permettre à un couple stérile de donner naissance à un enfant.


L’activité interne du globe : les séismes


L’activité interne du globe : le volcanisme



L’activité interne du globe : la tectonique des plaques


L’activité interne du globe : les risques géologiques



Reproduction sexuée et maintien des espèces dans les milieux



La transmission de la vie chez l’Homme



Relations au sein de l’organisme : la communication nerveuse



Relations au sein de l’organisme : la communication hormonale

——————————————————–

Retour à la page les SVT en 4ème


L’activité interne du globe : les séismes



Les séismes correspondent à des vibrations brutales du sol qui se propagent. Les séismes résultent d’une rupture des roches en profondeur provoquent des déformations à la surface de la Terre.

Des contraintes s’exerçant en permanence sur les roches conduisent à une accumulation d’énergie qui finit par provoquer leur rupture. Le foyer du séisme est le lieu où se produit la rupture. A partir du foyer, la déformation se propage sous forme d’ondes sismiques.

Les séismes sont particulièrement fréquents dans certaines zones de la surface terrestre. Ils se produisent surtout dans les chaînes de montagnes, près des fosses océaniques et aussi le long de l’axe des dorsales.


L’activité interne du globe : le volcanisme



Le volcanisme est l’arrivée en surface de magma et se manifeste par deux grands types d’éruptions.
Les manifestations volcaniques sont des émissions de lave et de gaz. Les matériaux émis constituent l’édifice volcanique.

L’arrivée en surface de certains magmas donne naissance à des coulées de lave, l’arrivée d’autres magmas est caractérisée par des explosions projetant des matériaux. Les magmas sont contenus dans des réservoirs magmatiques localisés, à plusieurs kilomètres de profondeur.

Les volcans actifs ne sont pas répartis au hasard à la surface du globe. Les volcans actifs sont alignés en majorité en bordure de continent, dans des arcs insulaires, le long de grandes cassures er des dorsales océaniques. Quelques volcans actifs sont isolés.

L’activité interne du globe : la tectonique des plaques



La partie externe de la Terre est formée de plaques lithosphériques rigides reposant sur l’asthénosphère qui l’est moins. La répartition des séismes et des manifestations volcaniques permet de délimiter une douzaine
de plaques. Les plaques sont mobiles les unes par rapport aux autres et leurs mouvements transforment la
surface du globe.

À raison de quelques centimètres par an, les plaques s’écartent et se forment dans l’axe des dorsales. Elles rapprochent et s’enfouissent au niveau des fosses océaniques. La collision des continents engendre des déformations et aboutit à la formation de chaînes de montagnes.


L’activité interne du globe : les risques géologiques



Les aléas sismiques et volcaniques dus à l’activité de la planète engendrent des risques pour l’Homme. Les principales zones à risque sismique et/ou volcanique sont bien identifiées. L’Homme réagit face aux risques en réalisant :
– une prévision des éruptions volcaniques efficace fondée sur la surveillance et la connaissance du fonctionnement de chaque volcan et par l’information et l’éducation des populations ;
– une prévention sismique basée sur l’information et l’éducation des populations (zones à risques à éviter, constructions parasismiques, conduites à tenir avant, pendant et après les séismes).

La prévision à court terme des séismes est impossible actuellement. Des plans d’aménagement du territoire tenant compte de ces risques sont mis en place ainsi que des plans de secours et des plans d’évacuation des populations.


Reproduction sexuée et maintien des espèces dans le milieu



La reproduction sexuée animale comme végétale comporte l’union d’une cellule reproductrice mâle et d’une cellule reproductrice femelle.
Le résultat de la fécondation est une cellule-œuf à l’origine d’un nouvel individu. L’union des cellules reproductrices mâle et femelle a lieu dans le milieu ou dans l’organisme.

La reproduction sexuée permet aux espèces de se maintenir dans un milieu. Les conditions du milieu influent sur la reproduction sexuée et donc sur le devenir d’une espèce. L’Homme peut aussi influer sur la reproduction sexuée et ainsi porter atteinte, préserver ou recréer une biodiversité.


La transmission de la vie chez l’homme



L’être humain devient apte à se reproduire à la puberté. Durant la puberté, les caractères sexuels secondaires apparaissent, les organes reproducteurs du garçon et de la fille deviennent fonctionnels.

A partir de la puberté, le fonctionnement des organes reproducteurs est continu chez l’homme, cyclique chez la femme jusqu’à la ménopause. Les testicules produisent des spermatozoïdes de façon continue.

A chaque cycle, un des ovaires libère un ovule. A chaque cycle, la couche superficielle de la paroi de l’utérus s’épaissit puis est éliminée : c’est l’origine des règles.

L’embryon humain résulte de la fécondation, puis de divisions de la cellule oeuf qui se produisent dans les heures suivant un rapport sexuel. Lors du rapport sexuel, des spermatozoïdes sont déposés au niveau du vagin. La fécondation a lieu dans l’une des trompes.

L’embryon s’implante puis se développe dans l’utérus. Si un embryon s’implante, la couche superficielle de la paroi utérine n’est pas éliminée : les règles ne se produisent pas, c’est un des premiers signes de la grossesse.

Des échanges entre l’organisme maternel et le foetus permettant d’assurer ses besoins sont réalisés au niveau du placenta.
Lors de l’accouchement des contractions utérines permettent la naissance de l’enfant.

Dans le cadre de la maîtrise de la reproduction, des méthodes contraceptives permettent de choisir le moment d’avoir ou non un enfant. La contraception désigne des méthodes utilisées pour éviter, de façon réversible et temporaire, une grossesse. La contraception peut être chimique ou mécanique.


Les relations au sein de l’organisme


La communication nerveuse

La commande du mouvement est assurée par le système nerveux qui met en relation les organes sensoriels et les muscles. Un mouvement peut répondre à une stimulation extérieure, reçue par un organe sensoriel : le
récepteur.

Le message nerveux sensitif correspondant est transmis aux centres nerveux (cerveau et
moelle épinière) par un nerf sensitif.
Les messages nerveux moteurs sont élaborés et transmis par les centres nerveux et les nerfs moteurs jusqu’aux muscles : les effecteurs du mouvement.

Le cerveau est un centre nerveux qui analyse les messages nerveux sensitifs (perception) et élabore en réponse des messages nerveux moteurs.
La perception de l’environnement et la commande du mouvement supposent des communications au sein d’un réseau de cellules nerveuses appelées neurones.

Le fonctionnement du système nerveux peut être perturbé dans certaines situations et par la consommation de certaines substances. Les récepteurs sensoriels peuvent être gravement altérés par des agressions de
l’environnement.
Les relations entre organes récepteurs et effecteurs peuvent être perturbées notamment :
– par la fatigue ;
– par la consommation ou l’abus de certaines substances.



La communication hormonale

La puberté est due à une augmentation progressive des concentrations sanguines de certaines hormones fabriquées par le cerveau ; elles déclenchent le développement des testicules et des ovaires.

Testicules et ovaires libèrent des hormones qui déclenchent l’apparition des caractères sexuels secondaires.
Les hormones ovariennes (oestrogènes et progestérone) déterminent l’état de la couche superficielle de l’utérus. La diminution des concentrations sanguines de ces hormones déclenche les règles.

Les transformations observées à la puberté sont déclenchées par des hormones qui assurent une relation entre les organes. Une hormone est une substance, fabriquée par un organe, libérée dans le sang et qui agit sur le fonctionnement d’un organe-cible.


Respiration et occupation des milieux de vie



Fonctionnement de l’organisme et besoin en énergie



La production d’énergie nécessaire au fonctionnement des organes



Le fonctionnement de l’appareil respiratoire



La digestion des aliments et le devenir des nutriments



L’élimination des déchets de la nutrition



Le rôle de la circulation sanguine dans l’organisme



Géologie externe : évolution des paysages


——————————————————–

Retour à la page les SVT en 5ème


Respiration et occupation des milieux de vie



Chez les végétaux comme chez les animaux, la respiration consiste à absorber du dioxygène età rejeter du dioxyde de carbone.La diversité des appareils et des comportements respiratoires permet aux animaux d’occuper différents milieux.

Chez les animaux les échanges gazeux se font entre l’air ou l’eau et l’organisme par l’intermédiaire d’organes respiratoires : poumons, branchies, trachées.

Dans l’eau, la répartition des organismes vivants dépend notamment de la teneur en dioxygène. L’agitation, la température de l’eau influent sur l’oxygénation du milieu.

L’Homme par son action sur le milieu peut modifier la teneur en dioxygène de l’eau et donc la répartition des organismes vivants. Il agit sur la biodiversité.


Fonctionnement de l’organisme et besoin en énergie


La production d’énergie nécessaire au fonctionnement des organes


Les organes effectuent en permanence des échanges avec le sang : ils y prélèvent des nutriments et du dioxygène ; ils y rejettent des déchets dont le dioxyde de carbone.

La consommation de nutriments et de dioxygène, le rejet de dioxyde de carbone par les organes varient selon leur activité, cela s’accompagne de modifications au niveau de l’organisme (augmentation de la température, des rythmes cardiaque et respiratoire).

Nutriments et dioxygène libèrent de l’énergie utilisable, entre autre, pour le fonctionnement des organes. L’énergie libérée au cours de la réaction chimique entre les nutriments et du dioxygène, est utilisée pour le fonctionnement des organes

Le fonctionnement de l’appareil respiratoire



Le dioxygène utilisé en permanence par les organes provient de l’air. L’air pénètre dans le corps humain par le nez ou la bouche ; il est conduit jusqu’aux alvéoles pulmonaires par la trachée, les bronches, les bronchioles. Au niveau des alvéoles pulmonaires du dioxygène passe de l’air dans le sang.

Des substances nocives, plus ou moins abondantes dans l’environnement, peuvent perturber le fonctionnement de l’appareil respiratoire. Elles favorisent l’apparition de certaines maladies.

La digestion des aliments et le devenir des nutriments



Les organes utilisent en permanence des nutriments qui proviennent de la digestion des aliments. La transformation de la plupart des aliments consommés en nutriments s’effectue dans le tube digestif sous l’action d’enzymes digestives. Ces transformations chimiques complètent l’action mécanique.

Les nutriments passent dans le sang au niveau de l’intestin grêle. Des apports énergétiques supérieurs ou inférieurs aux besoins de l’organisme favorisent certaines maladies.


L’élimination des déchets de la nutrition



Les déchets produits lors du fonctionnement de la cellule passent dans le sang. Ils sont éliminés :
– dans l’air expiré au niveau des poumons pour le dioxyde de carbone;
– dans l’urine fabriquée par les reins pour les autres déchets.


Le rôle de la circulation sanguine dans l’organisme



La circulation sanguine assure la continuité des échanges au niveau des organes. Le sang circule à sens unique dans des vaisseaux (artères, veines, capillaires) qui forment un système clos.

Le sang est mis en mouvement par le coeur, muscle creux, cloisonné, fonctionnant de façon
rythmique. Le système circulatoire peut s’obstruer et provoquer en aval un arrêt de la circulation sanguine.

Le bon fonctionnement du système cardiovasculaire est favorisé par l’activité physique ; une alimentation trop riche, la consommation de tabac, l’excès de stress sont à l’origine de maladies cardio-vasculaires.


Géologie externe : évolution des paysages


Les roches, constituant le sous-sol, subissent à la surface de la Terre une érosion dont l’eau est le principal agent. Les roches résistent plus ou moins à l’action de l’eau.

Le modelé actuel du paysage résulte de l’action de l’eau sur les roches, du transport des particules et de leur accumulation sur place.

La sédimentation correspond essentiellement au dépôt de particules issues de l’érosion. Les sédiments sont à l’origine des roches sédimentaires. Les roches sédimentaires peuvent contenir des fossiles : traces ou restes d’organismes ayant vécu dans le passé.

Les observations faites dans les milieux actuels, transposées aux phénomènes du passé, permettent de reconstituer certains éléments des paysages anciens. Les roches sédimentaires sont donc des archives des paysages anciens.

L’action de l’Homme, dans son environnement géologique, influe sur l’évolution des paysages. L’Homme prélève dans son environnement géologique les matériaux qui lui sont nécessaires et prend en compte les conséquences de son action sur le paysage. L’Homme peut prévenir certaines catastrophes naturelles en limitant l’érosion.


Caractéristiques de l’environnement proche et répartition des êtres vivants




Le peuplement d’un milieu


Origine de la matière des êtres vivants



La production alimentaire par l’élevage ou la culture



La production alimentaire par une transformation biologique



Diversité, parentés et unité des êtres vivants

————————————————

Retour à la page les SVT en 6ème

————————————————-

1) Caractéristiques de l’environnement proche et répartition des êtres vivants



On distingue dans notre environnement :
– des composantes minérales
– divers organismes vivants et leurs restes
– des manifestations de l’activité humaine.

Les organismes vivants observés ne sont pas répartis au hasard. Il existe des interactions entre les organismes vivants et les caractéristiques du milieu, par exemple, la présence d’un sol, la présence d’eau, l’exposition, l’heure du jour.

2) Le peuplement d’un milieu


L’occupation du milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons. Ces variations du peuplement du milieu se caractérisent par :
– les alternances de formes chez les espèces végétales (semences, bourgeon, organes souterrains) et animales (adultes, larves);
– des comportements chez les espèces animales.
Ces alternances de formes (larve / adulte, graine / plante) sont des modalités du développement des organismes vivants.

L’installation des végétaux dans un milieu est assurée par des formes de dispersion : graines
ou spores. La formation de la graine nécessite le dépôt de pollen sur le pistil de la fleur pour permettre la fécondation.

L’envahissement d’un milieu est assuré par certaines parties du végétal impliquées dans la reproduction végétative.

L’influence de l’Homme peut être :
– directe sur le peuplement (déboisement, ensemencement, chasse, utilisation de pesticides…)
– indirecte sur le peuplement (accumulation de déchets, aménagement du territoire


3) Origine de la matière des êtres vivants



Tous les organismes vivants sont des producteurs. Tout organisme vivant produit sa propre matière à partir de celle qu’il prélève dans le milieu.

Les végétaux chlorophylliens n’ont besoin pour se nourrir que de matière minérale, à condition de recevoir de la lumière.
Tous les autres organismes vivants se nourrissent toujours de matière minérale et de matière provenant d’autres organismes vivants.

Le sol abrite des êtres vivants qui, au travers de réseaux alimentaires, transforment les restes d’organismes vivants en matière minérale : ce sont des décomposeurs. La matière des organismes vivants se transforme en matière minérale.

Le sol est composé :
– de microorganismes et restes d’organismes vivants,
– de matière minérale provenant de la transformation des restes d’organismes vivants et des roches du sous sol.


4) La production alimentaire par l’élevage ou la culture



L’Homme élève des animaux et cultive des végétaux pour se procurer des aliments qui répondent à ses besoins (matières grasses, sucres rapides, sucres lents, protéines).

Élevage ou culture nécessite une gestion rationnelle. Des améliorations quantitatives et/ou qualitatives de la production sont obtenues en agissant sur la reproduction, les conditions d’élevage ou de culture, les apports nutritifs.


5) La production alimentaire par une transformation biologique



Certains aliments proviennent d’une transformation contrôlée par l’Homme. Les aliments produits sont issus de la transformation d’une matière première animale ou végétale et répondent aux besoins en aliments de l’Homme (matières grasses, sucres rapides, sucres lents, protéines). Selon la façon dont les aliments sont transformés, leur goût peut être différent.

L’Homme maîtrise l’utilisation des microorganismes à l’origine de cette transformation.
Une meilleure production est obtenue par :
– l’amélioration de la qualité des matières premières
– un choix des micro-organismes employés
– un respect des règles d’hygiène.

6) Diversité, parentés et unité des êtres vivants



La diversité des espèces est à la base de la biodiversité. Une espèce est un ensemble d’individus qui évoluent conjointement sur le plan héréditaire.

Les organismes vivants sont classés en groupes emboîtés définis uniquement à partir des attributs qu’ils possèdent en commun. Ces attributs définis par les scientifiques permettent de situer des organismes vivants dans la classification actuelle.

Au niveau microscopique, les organismes vivants sont constitués de cellules. La cellule est l’unité d’organisation des êtres vivants.
Certains organismes vivants sont constitués d’une seule cellule, d’autres sont formés d’un nombre souvent très important de cellules. La cellule possède un noyau, une membrane, du cytoplasme.

Voici le programme des SVT en 4ème. Vous retrouverez ici tout le bulletin officiel (BO) SVT en 4ème comprenant les notions clés à maîtriser. En cliquant sur les vignettes ci-dessous, vous arriverez aux chapitres recherchés. Bon surf !





svt4

Plongez en cliquant sur les vignettes


—————————————————————————————–

Voici le programme des SVT en 5ème. Vous retrouverez ici tout le bulletin officiel (BO) SVT en 5ème comprenant les notions clés à maîtriser. En cliquant sur les vignettes ci-dessous, vous arriverez aux chapitres recherchés. Bon surf !




svt5

Les sciences de la vie et de la terre étudiées en classe de cinquième s’articulent en 3 parties

Pour connaître en détails le programme de 5ème : cliquez ici


Pour connaître le programme des SVT en 6ème, cliquez sur l’image. Vous retrouverez ici tout le bulletin officiel (BO) SVT en 6ème comprenant les notions clés à maîtriser.




svt6

Je veux suivre mon enfant en SVT 6ème : programme de l’année.

En cliquant sur les photographies des thèmes étudiés en 6ème, vous arriverez directement dans les cours de SVT. Bon surf !


Pour connaître en détails le programme de 6ème : cliquez ici


Rechercher sur le site

Bienvenue sur VivelesSVT

Lire les derniers articles

Vive les SVT

Les Sciences de la Vie et de la Terre au collège et au lycée. Découverte, actualité, cours, aide et soutien en ligne.


© Vivelessvt.com 2008-2019
Mentions légales

VivelesSVT.com est un site d'information pédagogique sur les SVT, Sciences de la Vie et de la Terre, dédié aux élèves de collège et de lycée. Découvrez chaque jour l'actualité des sciences, des fiches pour mieux comprendre, du soutien et de l'aide pour réussir ses cours, ses contrôles, ses devoirs et ses exposés.